Responsabiliser les étudiants avec le portefeuille de COMPÉTENCES

La formation est passée depuis une dizaine d’année à une approche par compétence (ne nous égarons pas dans des polémiques liées à la segmentation, parfois trop abusive de ces compétences). Je vous invite à découvrir mon expérimentation de cette approche sur nos plateformes.

Que verront les étudiants?

Sur Mobile

image
image

Sur le web

image

Validation automatique pour les enseignants

(application sur le diplôme de comptabilité à l’IAE)

Une fois les compétences ajoutées au cours, l’enseignant peut allouer à chaque activité de sa page de moodle les compétences qui seront évaluées par cette activité. Une option permet de valider automatiquement la compétences lorsque la note à atteindre dans l’activité et obtenue.

(il est recommandé généralement d’avoir plusieurs évaluations successives pour « valider » la compétence: faire 3 fois le quiz avec plus de 13/20, et c’est seulement le troisième quiz qui donne la compétence)

image


(je recommanderais bien que les plans de formations « pédagogies actives » et « pédagogies numériques » soient ajoutée au plan de formation des enseignants, mais je sais que des résistances existent… prudence)

Plan de formation

(merci la MAPI pour le plugin « suivi des plans d’étude » que je ne connaissais pas 👍)

image

Effets attendus et utilisation

@segbor m’incitant à ne pas faire de « tutoriel », je ne rentrerai pas sur la partie technique de comment mettre en place ces outil (voir la Mapi). Par contre je partage avec vous les enjeux et les conditions de mise en œuvre.

📅 Généralisation du contrôle continu

Le contrôle (dis)continu qui se fait 2 fois par an, n’a pas franchement de différence avec le contrôle final. Les évaluations, pour être vraiment « continues », pour essayer de motiver et mobiliser les étudiants, les évaluations devraient plutôt se faire à chaque cours, sur les acquis du cours (à chaud) et sur les acquis précédent (à froid).

  • Le portefeuille de compétence permet au prof et aux étudiant de s’aligner sur une liste explicite de savoir faire qui va jalonner l’année

✅Création des évaluations récurrentes

La question est donc à se stade, de vérifier que les outils numériques permettent de valider automatiquement les différentes compétences, qui commencent habituellement par des verbes d’action du type: « identifier », « classer », « décrire », « analyser », « calculer »… Avons-nous ce qu’il faut pour cela?

  • h5p permettent ce type de test
  • wooclap également

Malheureusement, sans la puissance de génération des questions aléatoires, ni la possibilité de piocher dans des pools de questions, je retombe généralement sur la bonne vieille liste des questions des quiz moodle.

1️⃣ Première, 2️⃣Deuxième, 3️⃣troisième chance

  • Contrairement à un « Devoir » qui conjugue en une seule épreuve de multiples talents de l’étudiant, la compétence, une fois qu’elle est un peu isolée, peut donner lieu a plusieurs tentatives, régulières, et les étudiants qui ont le déclic tardif, peuvent repasser une épreuve de validation à tout moment.

On comprend alors que tout est affaire de « pédagogie ». Avoir des compétences inscrites à son plan de formation ne veut pas dire qu’il faut DÉJA les posséder, mais que ce sont des éléments qui participent à la réussite d’un examen final, comme des briques de légo. L’ordre d’acquisition et le rythme sont des facteurs d’individualisation.

Autonomiser et responsabiliser les étudiants

Il arrive donc que les étudiants, me demandent sur des temps de travaux de groupes ou de TD, de revalider telle ou telle compétence. Ils sont RESPONSABLES de leur portefeuille de compétences, et doivent le gérer.

De la progression dans le barème

Essentiellement, cela suppose qu’un étudiant ne reçoit pas une note, mais plusieurs évaluations successives qui marqueront la fluidité de maîtrise de cette compétence.

J’ai proposé initialement que l’on parte sur une échelle:

inexpérimenté
débutant
autonome
expert
mentor

Les deux premiers niveaux sont classés « non compétents », les trois derniers sont au dessus de la ligne « compétent ».

Je tiens en particulier au niveau « Mentor » qui, au delà du simple savoir faire, illustre et « récompense » les étudiants qui passent du temps à expliquer à leur pairs les subtilités de ma matière…

Je ne suis pas satisfait des deux premiers termes: on pourrait aussi prendre quelque chose comme

débutant
autonome


… J’imagine que nos ingénieurs pédagogiques de la MAPI regorgeront de suggestions utiles en lien avec la littérature en la matière.

Cette question du barème n’est pas neutre, et je crois que celui-ci ne peut pas être modifié après qu’une compétence ait été ajoutée à un cours… je sens que je vais devoir ramer auprès de la mapi pour refaire un import 😪

Description du référentiel

La mise en place du référentiel se fait techniquement par saisie directe sur le site, ou par import d’un fichier Excel… mais le plus compliqué est de rédiger ce référentiel.

Dans mon cas, le bulletin officiel régit le schéma des compétences. Voici la vue du document ministériel, puis son intégration dans moodle, disponible en cliquant sur n’importe quelle compétence:

Bulletin officiel n°25 du 20-6-2019 (annexe 1)

image

Référentiel dans moodle

image

(j’ai une petite vidéo de présentation, mais elle a été faite pour une autre organisation donc… mettez un commentaire je vous l’enverrai en privé).

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, n’hésitez pas à cliquer sur le petit cœur pour m’encourager à partager mes futures expérimentations 😉